Bienvenue sur le site du groupe scolaire Arnaud Lafon !!!

 

Accueil
Administration
Venir et visiter l'école
L'équipe
Les productions
Outils pédagogiques
Accueil et interclasse
Parents d'élèves
Liens utiles
Mentions légales

Nous contacter

 

Pages trouvées

personnes sont venues

visiter cette page !

 

Page mise à jour le

22 août 2006.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue à tous !!!

Littérature Grammaire Orthographe Conjugaison Mathématiques Histoire Musique

 

La grammaire est l'ensemble des règles à suivre pour parler et écrire correctement une langue.

La grammaire étudie les formes et les fonctions des éléments constitutifs de la langue (sons, mots, phrases, procédés...)

(Cliquez dans le tableaux ci-dessous pour aller directement à la rubrique qui vous intéresse.)

 

Grammaire générale Classes des mots (natures) Fonctions
Le mot. Le nom. Le verbe.
L'alphabet. Le verbe. Le sujet.
La construction des mots. Les déterminants.

Les articles.

Les adjectifs possessifs.

Les adjectifs démonstratifs.

Les adjectifs indéfinis.

L'adjectif interrogatif et exclamatif.

Les adjectifs numéraux.

La fonction complément.

Homonymes, synonymes et contraires.

Groupes essentiels et groupes facultatifs.

La ponctuation. Les compléments d'objet.
La phrase.

Les compléments circonstanciels.

Les types de phrases.
Phrases simples et phrases complexes.

Les pronoms.

Les pronoms personnels.

Les pronoms possessifs.

Les pronoms démonstratifs.

Les pronoms indéfinis.

Les pronoms relatifs et interrogatifs.

L'attribut du sujet.

Le complément d'agent.

Nature et fonction. Le complément du nom.
Le genre.

La fonction épithète.

Le nombre.

D'autres fonctions.
Le groupe nominal (GN). L'adjectif qualificatif.  
Le groupe verbal (GV). Les adverbes.  
Sources bibliographiques. Les prépositions.  
  Les conjonctions.  
  Interjections et onomatopées.  
  • Le mot.

    • Le mot est le plus petit morceau de la langue qui soit porteur d'une signification.

    • A l'écrit, le mot est le morceau de la langue qui est compris entre deux espaces blancs.

       Exemple : Le garçon mange un gros bonbon.  Il y a 6 mots.

       

  • L'alphabet.

    • Pour écrire les mots, on utilise des lettres qui sont des signes servant à la transcription des sons de la langue. Ces lettres sont rangées dans une liste : l'alphabet.

    • Il y a 26 lettres dans l'alphabet français.

    A, a

    A, a

    B, b

    B, b

    C, c

    C, c

    D, d

    D, d

    E, e

    E, e

    F, f

    F, f

    G, g

    G, g

    H, h

    H, h

    I, i

    I, i

    J, j

    J, j

    K, k

    K, k

    L, l

    L, l

    M, m

    M, m

    N, n

    N, n

    O, o

    O, o

    P, p

    P, p

    Q, q

    Q, q

    R, r

    R, r

    S, s

    S, s

    T, t

    T, t

    U, u

    U, u

    V, v

    V, v

    W, w

    W, w

    X, x

    X, x

    Y, y

    Y, y

    Z, z

    Z, z

     

    • Les lettres peuvent être scriptes  (= lettres d'imprimerie , c'est l'écriture des livres) ou bien cursives (écriture manuscrite du cahier). Une lettre peut être majuscule ("grande" lettre) ou bien minuscule ("petite" lettre).

    • Quand on écrit en lettres cursives sur un cahier,

      • les "petites" lettres a, c, e, i, o, m, n, o, r, s u, v, w, x s'écrivent entre la ligne et le premier interligne du cahier ;

      • les grandes lettres montantes b,  f,  h,  k, l montent à 3 interlignes ;

      • d, t montent à 2 interlignes ;

      • f, g, j, p, q, z descendent à 2 interlignes ;

      • Les majuscules cursives montent à 3 interlignes et descendent (le cas échéant) à 2 interlignes.

    • Les lettres se répartissent en :

      • 6 voyelles (a, e, i, o, u, y) et

      • 20 consonnes (b, c, d, f, g, h, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, v, w, x, z).

    • Dans le dictionnaire, les mots sont rangés dans l'ordre alphabétique.

       

  • La construction des mots.

    • Une famille de mots regroupe des mots qui se ressemblent parce qu'ils ont une origine et un sens communs.

    • Pour trouver le sens d'un mot inconnu, on peut essayer de le rapprocher d'un mot de la même famille que l'on connaît.

      Exemples :

      Mots de la famille de grand :  grandement, , grandet, grandeur, grandir, agrandir...

      Mots de la famille de plaire : déplaire,  plaisir, plaisant, déplaisant, plaisanter, plaisanterie, plaisamment, plaisantin...

    • Certains mots sont formés en ajoutant de petits éléments au début ou à la fin du mot :

      • on appelle préfixe un élément ajouté au début du mot (plaire) ;

      • on appelle suffixe un élément ajouté à la fin du mot (plaisamment).

    • Repérer préfixes et suffixes et connaître leur sens permet de mieux comprendre les mots.

    • Liste de quelques préfixes :

PREFIXES SENS EXEMPLES
a, an manque amoral, anormal
ad (a, ac, af, al, ap) rapprocher amener, accourir, apporter
aéro aérien, aéroport, aérotrain
anti contre antigel, antialccolique
auto soi-même autodétruire, autocollant
bi(s), tri(s) deux, trois bimensuel, tricorne
co, com, con, col ensemble comporter, coauteur
en, em, in éloigner, à l'intérieur enlever, emporter, importer
in, im, il, ir négatif inégal, illégal, irrégulier
par achever parfaire, parvenir
para protection parachute, paratonnerre
péri autour périscolaire, périmètre
pré avant prémolaire, préfixe
re, ré répétition redire, revenir
super, hyper grandeur supercarburant, hypermarché
  • Liste de quelques suffixes :

SUFFIXES SENS EXEMPLES
ment action, de manière à aménagement, grandement
té, eur qualité bonté, hauteur
isme, iste opinion, attitude christianisme, socialiste
eur, euse, ier, ière qui fait une action skieur, blanchisseuse, charcutier
erie, oir lieu où... laiterie, perchoir
eau,et(te), elet(te) diminutif chevreau, garçonnet, côtelette
(a)in, ais, ien habitant romain, français,
ième adjectif numéral deuxième, troisième
ble possibilité mangeable, lisible
tion résultat d'une action finition, opération

 

 

  • Homonymes, synonymes et contraires.

    • On appelle homonymes des mots qui se prononcent de la même façon mais qui ont un sens différent. Souvent leur orthographe est différente aussi : il faut donc comprendre le sens du mot pour pouvoir l'écrire correctement.

      Exemples :

      ver (animal), vair (matière des pantoufles de Cendrillon), verre (pour boire), vers (préposition, vert (couleur).

      encre (pour écrire), ancre (pour amarrer un bateau).

      est (verbe être), et (conjonction), haie (clôture d'arbres), hais (verbe haïr)...

    • On appelle synonymes des mots ou expressions qui ont le même sens (ou une signification voisine). L'utilisation de synonymes permet d'éviter les répétitions dans les expressions écrites.

      Exemples :

      grand, haut, élevé, immense, géant, gigantesque...

      ami, camarade, copain, compagnon...

    • On appelle contraires ou antonymes des mots qui présentent la plus grande différence possible sur le plan du sens, qui sont opposés, tout en restant dans le même ordre d'idée. On peut parfois éviter des répétitions ou définir un mot en utilisant son contraire (son antonyme).

      Exemples : grand/petit, beau/laid, mâle/femelle, arriver/partir, commencer/terminer...

 

  • La ponctuation.

    •  La ponctuation regroupe les signes servant à indiquer les divisions d'un texte écrit en phrases ou éléments de phrase.

    • La ponctuation permet de noter ce qui , à l'oral, s'exprimerait par des changements du ton de la voix (notamment les pauses ou l'intonation).

    • Tableau des différents signes de ponctuation :

    NOMS SIGNES FONCTIONS EXEMPLES

    Le point

    .

    Il marque la fin de la phrase .

    A l'oral, il correspond à une pause longue.

    Jean joue.

    Le point d'interrogation

    ?

    Il marque la fin d'une phrase interrogative.

    Qui parle ?

    Le point d'exclamation

    !

    Il marque la fin d'une phrase exclamative ou, parfois, impérative.

    Que c'est beau !

    Les points de suspension

    ...

    Ils marquent que la phrase (ou le texte) pourrait continuer ou une interruption de la parole.

    Dans ces cas, il faut mettre une majuscule après les points de suspension.

    Au milieu d'une phrase, ils marquent qu'une énumération n'est pas terminée ou indiquent des pauses longues entre les mots (mystère, hésitation...)

    Demain sera un autre jour...

     

    Si tu continues, je...

     

    Le bleu, le vert, le rouge... sont des couleurs.

     

    Je... je... ne comprends pas !

    La virgule

    ,

    Elle sépare les groupes de la phrase (souvent ceux de même fonction) et permet de ménager des pauses dans la phrase.

    J'ai vu Jean, Anne, Paul et Claude.

    Le point-virgule

    ;

    Comme la virgule, il sépare les groupes (surtout des propositions). On ne met pas de majuscule après lui.

    Les élèves travaillent bien ; le matin, ils ont l'esprit vif.

    Les deux-points

    :

     Ils indiquent une explication ou une énumération. Ils montrent aussi que l'on va rapporter un discours oral. On ne met pas de majuscule après eux.

    Il a bien travaillé : il a réussi son examen.

    Les guillemets

    «  »

    Ils s'utilisent au début et à la fin d'un discours qu'on rapporte tel qu'il a été dit. On les utilisent aussi quand on cite un mot ou une expression.

    Il a dit : " Bonjour ! ".

     

    " Le Corbeau et le Renard " est une fable.

     

    Le tiret

    -

    Au cours d'un dialogue, il marque le changement du personnage qui parle. On va à la ligne et on met le tiret après chaque changement.

    - Bonjour, dit Paul.

    - Comment vas-tu ? répond Pierre.

    - Très bien, et toi ?

     

 

  • La phrase.

    • Une phrase est une suite ordonnée de mots qui a un sens.

      Exemple :

      " Le garçon mange un gros bonbon. " est une phrase.

      " Bonbon gros un mange le garçon. " n'est pas une phrase.

    • A l'écrit, une phrase commence par une majuscule  et se termine par un point.

       Exemple : Le garçon mange un gros bonbon.

    • A l'oral, généralement, l'intonation de la voix monte au début de la phrase et descend à la fin.

    • La phrase minimale, appelée aussi phrase de base, contient un groupe sujet et un groupe verbal  (voir plus loin ces notions) :

    Le garçon mange un bonbon.

                                                     GS              GV                       

     

  • Les types de phrases.

    • On classe les phrases en différents types : déclarative, interrogative, exclamative et impérative.

    • La phrase déclarative est celle où l'auteur déclare,  explique, raconte quelque chose.

      Exemple : Jean parle.

    • La phrase interrogative est celle où l'auteur pose une question.

      Exemples : Jean, parle-t-il ? Est-ce que Jean parle ? Qui parle ? Qui est-ce qui parle ? Jean parle ?

      • La phrase interrogative commence par une majuscule et se termine par un point d'interrogation (?).

      • La phrase interrogative débute souvent par un mot interrogatif comme Qui ? Où ?Que ?  Est-ce que ? ...

      • Dans une phrase interrogative, le sujet est souvent repris par un pronom personnel après le verbe.

      • Ce pronom personnel est relié au verbe par un trait d'union.

        Exemples :Veux-tu parler ? Parle-t-il ?

      • A l'oral, la phrase interrogative se reconnait par une intonation qui monte.

    • La phrase exclamative est celle où l'auteur exprime une exclamation c'est à dire des paroles brusques marquant un cri, une émotion forte, un sentiment, une insulte...

      Exemples : Enfin, Jean s'est mis à parler ! Quelle belle journée nous avons ! Comme il est bête !

      • La phrase exclamative commence par une majuscule et se termine par un point d'exclamation (!).

      • La phrase exclamative débute souvent par un mot exclamatif comme Quel ! Comme ! ...

      • A l'oral, la phrase exclamative se reconnait par une intonation forte qui exprime le sentiment.

    • La phrase impérative est celle où l'auteur donne un ordre ou un conseil.

      Exemples : Tais-toi ! Viens ici ! Jean, parle ! Soigne toi comme il faut !

      • La phrase impérative commence par une majuscule et se termine par un point d'exclamation (!).

      • La phrase impérative diffère de la phrase exclamative car elle n'exprime pas un sentiment mais donne un ordre ou un conseil.

      • Le verbe de la phrase impérative est conjugué à l'impératif (cf. la page conjugaison).

      • A l'oral, la phrase exclamative se reconnait par une intonation forte.

       

    • Une phrase est dite affirmative quand ce que dit le groupe verbal est tenu pour vrai.

      Exemples : Jean parle. Jean, parle-t-il ? Enfin, Jean s'est mis à parler ! Parle !

    • Une phrase est dite négative quand ce que dit le groupe verbal est tenu pour faux.

      Exemples :Jean ne parle pas. Il n'a pas parlé. Il n'aime ni les chats ni les chiens. On n'y peut rien. Il ne l'a jamais vu. Jean, ne parle-t-il plus ?  Ne parle pas !

    • La négation se marque avec deux mots :

      • Le premier, ne (n' devant une voyelle) se place avant le verbe ou l'auxiliaire (ou les pronoms le, l', lui, en, y...) ;

      • Le deuxième mot (pas le plus souvent mais aussi point, plus, jamais, personne, rien...) se place après le verbe ou entre l'auxiliaire et le participe passé.

      • La langue familière oublie souvent ne devant le verbe (C'est pas vrai !). Il ne faut pas l'oublier à l'écrit.

       

  • Phrases simples et phrases complexes.

    En règle générale,

    • On appelle phrase simple, une phrase qui contient un seul verbe conjugué :

      Exemples : Jean joue. Tous les jours, le chat attrape des souris pour manger.

    • On appelle phrase complexe, une phrase qui contient plusieurs verbes conjugués : Exemple : Quand il a faim, le chat qui est un grand chasseur, attrape des souris pour manger.

    • On appelle proposition l'ensemble des mots qui dépend d'un verbe conjugué :

      Exemple : Quand il a faim / le chat attrape des souris pour manger / qui  est un grand chasseur.

    • Chaque proposition peut se transformer facilement en phrase simple si on enlève les mots de liaison :

      Exemple : Le chat a faim. le chat attrape des souris pour manger. Le chat est un grand chasseur.

    • Dans une phrase, il y a autant de propositions que de verbes conjugués. (La phrase d'exemple contient 3 propositions puisqu'il y a 3 verbes conjugués).

     

    • On distingue 3 sortes de propositions :

      • La proposition indépendante qui se suffit à elle-même car elle n'est ni complément d'une autre proposition, ni complétée par une autre proposition ;

        Exemples :

        Le chien aboie, la caravane passe. ( 2 propositions indépendantes dites juxtaposées ce qui veut dire posée l'une à côté de l'autre, séparées uniquement par une virgule ou un point virgule.)

        Le chien aboie et la caravane passe. ( 2 propositions indépendantes dites coordonnées ce qui veut dire reliées par une conjonction de coordination.)

        Le chien aboie, la caravane passe, dit-il ( "dit-il" est une proposition indépendante dite incise ou intercalée ce qui veut dire qu'elle est à l'intérieur d'autres propositions pour rappeler, notamment dans les dialogues, qui parle.)

        Qui aboie ? (proposition indépendante interrogative directe)

      • La proposition principale qui est complétée par une ou plusieurs autres propositions (les propositions subordonnées) ;

      • La proposition subordonnée  qui complète la proposition principale.

    • Il existe deux sortes de propositions subordonnées :

      • La proposition subordonnée relative qui est rattachée à la principale par un pronom relatif et complète un nom (ou un pronom) ;

        Exemples : L'ami  qui m'a prêté ce livre  s'appelle Jean. C'est celui dont je te parle.

      • La proposition subordonnée  conjonctive qui est rattachée à la principale par une conjonction de subordination et a les mêmes fonctions que le groupe nominal.

        Exemples : Je vois que tu as compris. Quand tu l'appelleras, il viendra  pour que tu joues avec lui.

    • Pour mémoire, on distingue également les propositions subordonnées interrogatives indirectes (Je me demande qui aboie.), les propositions infinitives (Je regarde les enfants jouer.) Les propositions participes (Le chat parti, les souris dansent.).

     

  • Nature et fonction.

    • La grammaire étudie la forme et la fonction des mots.

    • La nature d'un mot est le nom de la famille (on dit aussi la classe, la catégorie, le paradigme) à laquelle appartient ce mot.

    • Les natures de mots à bien connaître à la fin de l'école élémentaire sont : les verbes, les noms, les déterminants du nom, les pronoms personnels, les adjectifs qualificatifs.

    • Il est utile de reconnaître les mots de liaison (conjonctions, prépositions...) ou mots outils.

    • Un mot peut toujours être remplacé par un mot de même nature.

      Exemple : Le garçon mange. Le chat mange. Garçon est un nom. Il peut être remplacé par un autre nom comme chat.

    • Dans le dictionnaire, la nature d'un mot est toujours précisée (souvent sous une forme abrégée) au début de l'article concernant ce mot.

    • La fonction d'un mot est le rôle de ce mot dans la phrase.

    • Les fonctions à bien connaître à la fin de l'école élémentaire sont : verbe, sujet, complément d'objet, complément circonstanciel, complément du nom, attribut, épithète.

    • Selon sa place dans la phrase, un même mot mot peut avoir des fonctions différentes.

      Exemples : Le chat mange. Je vois le chat. C'est la pâtée du chat. Le mot  chat est respectivement, sujet, complément d'objet direct et complément du nom "pâtée".

       

  • Le genre.

    • La catégorie du genre comporte deux termes : le masculin et le féminin.

    • Le genre intéresse le nom et les mots qui s'accordent avec lui : adjectifs, déterminants, participes passés ou présents, pronoms.

    • Un nom est masculin quand on peut mettre un ou le devant.

    • Un nom est féminin quand on peut mettre une ou la devant.

      Exemple : " Je vois des garçons et des filles." On dit un garçon  ("garçon" est masculin) ; on dit une fille ("fille" est féminin).

    • Pour les êtres vivants, la notion de genre dépend du sexe.

      Exemples : Un homme, un cerf... sont masculins. Une femme, une biche... sont féminins.

    • Pour les autres, c'est l'usage qui permet de connaître le genre : en cas de doute, il faut consulter le dictionnaire.

    • Formation du féminin (règle générale) :

      • En général, pour former le féminin d'un mot, on ajoute un e au mot masculin.

        Exemple : Mon meilleur ami est venu. Ma meilleure amie est venue.

    • Formation du féminin (cas particuliers) :

      • Le nom féminin est différent du nom masculin.

        Exemples : oncle/tante ; roi/reine ; étalon/jument ; taureau/vache

      • Le nom est le même au masculin et au féminin. C'est le déterminant qui indique le genre.

        Exemple : un élève/une élève ; un camarade/une camarade ; un libraire/une libraire.

      • La fin du mot peut changer légèrement entre le masculin et le féminin (attention  aux lettres muettes du masculin et aux doublements de consonnes au féminin !).

        Exemples :

            gaulois/gauloise           époux/épouse            marchand/marchande         

            chat/chatte                rat/rate                    ours/ourse

            lion/lionne                   berger/bergère           charcutier/charcutière

            paysan/paysanne         neuf/neuve                chameau/chamelle

            blanc/blanche              frais/fraîche               doux/douce

            paresseux/paresseuse    long/longue               vieux/vieille

            public/publique              nul/nulle                   ... ...

      • Le féminin se construit par l'ajout d'un suffixe au nom masculin ou bien par la transformation au féminin du suffixe masculin.

      SUFFIXES MASCULINS SUFFIXES FEMININS EXEMPLES
      - ine héros/héroïne, Michel/Micheline
      - esse duc/duchesse, tigre/tigresse
      eur euse danseur/danseuse, menteur/menteuse
      eur eresse enchanteur/enchanteresse
      eur eure mineur/mineure, supérieur/supérieure
      teur trice acteur/actrice, instituteur/institutrice

       

      • Certains homonymes ne se distinguent que par le genre. Il faut regarder le déterminant pour comprendre le sens.

        Exemples :

        un livre (pour lire)/une livre (500 grammes)       

        un mousse (jeune marin)/une mousse (plante, écume).

    • Souvent, la différence entre masculin et féminin ne s'entend pas à l'oral (ami/amie, joli/jolie). Elle ne se manifeste qu'à l'écrit. Il faut donc faire très attention lorsque l'on écrit pour ne pas se tromper dans les accords. Voir aussi la page Orthographe.

 

  • Le nombre.

    • La catégorie du nombre comporte deux termes : le singulier et le pluriel.

    • Le nombre intéresse le nom et les mots qui s'accordent avec lui : adjectifs, déterminants, participes passés ou présents, pronoms mais aussi le verbe quand le nom est sujet.

    • Un mot est singulier quand il concerne zéro ou un seul individu (singulier = seul).

      Exemple :

      Je vois un grand garçon mais il n'y a pas de fille. ("grand" et "garçon" sont singuliers car il n'y a qu'un seul garçon. "fille" est singulier aussi car il y a 0 fille)

    • Un mot est pluriel quand il concerne au moins deux individus (pluriel = plusieurs).

      Exemple : Je vois des garçons et deux filles. ( "garçons" est pluriel car il y a plusieurs garçons. "filles" est pluriel aussi car il y a 2 filles)

    • Le déterminant permet de savoir si un mot est singulier (un, le...) ou pluriel (les, des...).

    • En règle générale, le pluriel se forme en ajoutant un s au mot singulier.

      Exemple : Le petit garçon (singulier) - Les petits garçons (pluriel).

    • Les mots terminés par au, eau, œu, eu ont leur pluriel en x.

      Exemple : Un beau château (singulier) - Des beaux châteaux (pluriel).

    • Certains noms et adjectifs terminés par al ou ail au singulier font leur pluriel en aux.

      Exemple : Un cheval idéal pour le travail (singulier)  - Des chevaux idéaux pour les travaux. (pluriel).

    • Les noms terminés par ou au singulier font leur pluriel en ous sauf bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou, pou et le nouveau ripou ! qui font leur pluriel en oux.

    • Les noms terminés au singulier par S, Z ou X ne changent pas au pluriel.

    • Les noms propres ne prennent pas de marque au pluriel sauf s'ils désignent des objets ou des familles célèbres.

    • Exemple : J'ai vu les Dupont et les Martin. mais J'ai vu les Picassos du musée et le château des Bourbons.

    • En ce qui concerne le verbe, la marque de la 3° personne du pluriel est nt. (voir aussi la page Conjugaison).

    • Dans les noms composés, seuls le nom et l'adjectif peuvent se mettre au pluriel si le sens le permet.

      Exemples : un rouge gorge/des rouges-gorges, une pomme de terre/des pommes de terre, un passe-partout/des passe-partout, un presse-papier/des presse-papiers...

       

  • Le groupe nominal (GN).

    • L'élément essentiel du groupe nominal est le nom. Un groupe nominal est composé d'un nom et des mots qui accompagnent ce nom.

    • Les mots qui accompagnent le nom pour le compléter sont les expansions du nom.

    • Le groupe nominal est formé au minimum d'un déterminant et d'un nom. (Si le nom est un nom propre, il n'a pas besoin de déterminant.)

      Exemples : un garçon - ma trousse - Jean - ces lions - constituent 4 groupes nominaux.

    • Les expansions du nom sont :

      • L'adjectif qualificatif ;

        Exemples : un garçon agréable - la jolie fille - une belle grosse voiture grande et spacieuse

      • Un autre nom (ou groupe nominal) complément du nom ;

        Exemples : le livre de Jean - l'ami de mon père - la poule aux œufs d'or

      • La proposition subordonnée relative.

        Exemples : l'enfant qui joue du piano - le livre que Jean m'a prêté et dont je t'ai parlé

    • Bien sûr, les différentes expansions du nom peuvent s'ajouter et se combiner.

      Exemple : Le beau gros livre de mathématiques intéressant que Jean m'a prêté...

    • Quand il a la fonction de complément, le groupe nominal est souvent précédé d'une préposition (à, de, dans...) : on parle alors de groupe nominal prépositionnel (GN prép.).

      Exemples : de mon père - aux œufs d'or - à la plage - dans ma maison.

    • Les fonctions du groupe nominal étudiées à l'école (Les GN illustrant les fonctions sont en italiques) :

      • Le groupe nominal peut avoir pour fonctions : sujet (GNS), complément, attribut, apposition, mis en apostrophe (ces deux dernières fonctions ne relèvent pas de l'école).

      • Sujet : Jean joue. - L'enfant joue. Le gros livre que Jean m'a prêté est beau.

      • Complément du nom : l'ami de mon père - le livre de Jean - une glace à l'eau.

      • Complément d'objet direct : Je vois Jean. Je vois l'enfant. Je lis le gros livre que Jean m'a prêté.

      • Complément d'objet indirect : Je pense à Jean. Il tient à la vie.  

      • (Le COI peut s'appeler également complément d'objet second - COS- quand il y a déjà un COD dans la phrase : Je donne ce livre  à Jean.)

      • Complément circonstanciel : Je vais à Bordeaux. Je joue avec l'enfant.

      • Complément d'agent : Le livre est lu par l'enfant.

      • Attribut du sujet : Jean est un enfant. Ce livre semble un livre de mathématiques.

    • D'autres fonctions du groupe nominal qui ne s'étudient pas à l'école :

      • Mis en apposition : Jean, l'ami de mon père, est venu.

      • Mis en apostrophe : Jean, viens à la maison !

      • Complément de l'adjectif : rouge de honte. Il est sensible  à la musique.

      • Complément du pronom : Le livre est celui de Jean.

      • Complément de l'adverbe : Beaucoup de livres appartiennent à Jean.

      • Attribut du complément d'objet : Je le déclare président.

 

  • Le groupe verbal (GV) (voir aussi les pages Conjugaison et Orthographe).

    • L'élément essentiel du groupe verbal est le verbe. Un groupe verbal est composé d'un verbe et des mots qui accompagnent ce verbe.

    • Le groupe verbal d'une phrase peut se limiter au seul verbe conjugué

      Exemple : Jean joue.

    • Le plus souvent, le groupe verbal contient le verbe et les compléments essentiels.

    • Les compléments essentiels sont des compléments que l'on ne peut supprimer ou déplacer dans une phrase sans que cette phrase devienne incorrecte ou incompréhensible.

    • Les compléments essentiels du verbe sont (Les GV sont soulignés et les fonctions illustrées sont en italiques):

      • le complément d'objet direct : Je vois Jean. Je vois l'enfant. Je le vois.

      • le complément d'objet indirect : Je pense à Jean. Il tient de son père.  

      • (Le COI peut s'appeler également complément d'objet second - COS- quand il y a déjà un COD dans la phrase : Je donne ce livre  à Jean.)

      • le complément circonstanciel (quand il n'y a pas de complément d'objet) : Je vais à Bordeaux. Je joue avec l'enfant.

      • le complément d'agent : Le livre est lu par l'enfant.

      • l'attribut du sujet : Jean est un enfant. Ce livre semble un livre de mathématiques.

    • L'adverbe appartient le plus souvent au groupe verbal : Jean joue bien. Il travaille rapidement.

 

  • Le nom.

    • Le nom  est le mot qui désigne (=appelle) les personnes, les animaux, les choses et les idées.

    • Il existe deux sortes de noms :

      • le nom commun qui permet de désigner tous les individus appartenant à un même ensemble ou ayant une définition commune (partagée par tous) ;

        Exemples : homme, tigre, maison, vitesse...

      • le nom propre qui permet de désigner un individu unique et qui porte une majuscule.

        Exemples : Jean, Mickey, le Pin-Galant, Excalibur...

    • Le nom  est le mot important du groupe nominal (GN). Il peut varier en genre (masculin/féminin) et en nombre (singulier/pluriel).

    • Le nom commun s'emploie toujours avec un déterminant qui permet de connaître le genre ou le nombre

      Exemples : un garçon, des garçons, la fille, les filles.

       

    • Un nom peut désigner un être :

      • comptable (que l'on peut compter comme homme, chaise, chien) ou non comptable (qu'on ne peut ,en principe, pas compter comme farine, eau, sable) ;

      • animé (qui vit  et bouge comme femme, Marie, oiseau) ou non animé (qui ne vit pas comme : voiture, table, intelligence.  C'est le cas des objets ou des idées) ;

      • abstrait (que l'on ne peut voir ou toucher comme beauté, paresse, rapidité) ou concret (que l'on peut toucher comme fleur, caillou, fenêtre).

    • Les principales fonction du nom sont sujet, complément ou attribut.

    • Le nom donne son genre et son  nombre aux adjectifs qualificatifs et participes passés qui l'acompagnent.

      Exemple : Pauline et Anne sont venues pour écouter leurs meilleurs disques.

    • Voir aussi les articles groupe nominal , genre, nombre et  les pages Conjugaison et Orthographe.

     

  • Le verbe.

     

  • Les déterminants.

Articles. Adjectifs possessifs Adjectifs démonstratifs Adjectifs indéfinis Adjectif interrogatif et exclamatif

le - la - les - l' -

au (= à le) - aux (= à les) - du (= de le)

un - une - des

du - de l' - de la

mon - ton - son -

ma - ta - sa - notre - votre - leur

mes - tes - ses -

nos - vos - leurs

ce - cet

cette

ces

aucun - certain - maint - tel - quel - nul - tout

aucune - certaine - mainte - telle -quelle - nulle - toute

autre - chaque - même - quelque - quelconque

certains - maints - tels - quels - tous - divers - différents

certaines - maintes - telles - quelles - toutes -diverses - différentes

plusieurs - quelques - mêmes

quel

quelle

quels

quelles

  • Les articles.

    • L'article est un mot qui précède le nom pour en déterminer le genre ou le nombre.

    • On distingue 3 sortes d'articles :

      articles définis

      le - la - les - l' - au (= à le) - aux (= à les) - du (= de le)

      articles indéfinis un - une - des
      articles partitifs du - de l' - de la

     

    • Les articles définis peuvent être contractés. Cela signifie qu'ils réunissent (= contractent) à la fois un article et une préposition (= mot de liaison).

      articles définis contractés

      au (= à le) - aux (= à les) - du (= de le) - des (= de les)

       

    • Les articles définis sont appelés ainsi car le nom qu'ils accompagnent est celui d'un individu bien identifié, bien défini.

    • Les articles indéfinis sont appelés ainsi car le nom qu'ils accompagnent est celui d'un individu quelconque, indéfini, pris parmi d'autre individus semblables.

      Exemple : Donne-moi un livre. (= n'importe lequel) et Donne-moi le livre. (= un livre précis).

    • Les articles partitifs sont appelés ainsi car le nom qu'ils accompagnent désignent une quantité dont on prend une partie (voir Le nom non comptable).

      Exemple : du beurre - de l'eau - de la limonade.

    • L'article défini l' s'utilise devant un nom commençant par une voyelle. Il remplace le ou la : l'arbre, l'oiseau, l'île (et non le arbre, le oiseau, la île).

 

  • Les adjectifs possessifs.

    • L'adjectif possessif est un mot qui précède le nom pour en déterminer le genre ou le nombre (comme l'article) mais il marque en plus une relation d'appartenance (possession).

       

    Une chose possédée

    Nom déterminé au singulier

    Un possesseur masculin/singulier mon - ton - son - son livre
    féminin/singulier ma - ta - sa - ma table
    Plusieurs possesseurs aux 2 genres du singulier notre - votre - leur votre classe

    Plusieurs choses possédées

    Nom déterminé au pluriel

    Un possesseur aux 2 genres du pluriel mes - tes - ses - mes amis
    Plusieurs possesseurs nos - vos - leurs nos amis

     

    • Si l'adjectif possessif renseigne sur le possesseur (notamment s'il y a un ou plusieurs possesseurs), il donne surtout des informations sur le nombre d'objets possédés.

      Exemples :

      mes livres : il y a un possesseur mais plusieurs objets possédés. "livres" est au pluriel.

      notre livre : il y a plusieurs possesseurs mais un objet possédé. "livre" est au singulier.

      Attention :

      leur livre : il y a plusieurs possesseurs pour un seul livre.

      leurs livres : il y a plusieurs possesseurs pour plusieurs livres.

 

  • Les adjectifs démonstratifs.

    • L'adjectif démonstratif est un mot qui précède le nom pour en déterminer le genre ou le nombre (comme l'article) mais, en plus, il sert à montrer la personne ou la chose désignée par le nom auquel il est joint.

      masculin/singulier

      ce - cet

      ce garçon, cet arbre

      féminin/singulier

      cette

      cette fille

      aux 2 genres du pluriel

      ces

      ces garçons, ces filles

       

    • L'adjectif démonstratif cet s'utilise devant un nom masculin commençant par une voyelle. Il remplace ce : cet arbre, cet oiseau, (et non ce arbre, ce oiseau).

    • Les adjectifs démonstratifs peuvent être renforcés par les mots (adverbes) ci ou là.

      Exemples : cet arbre-ci - ces garçons-là.

      Il ne faut pas oublier le trait d'union entre le nom déterminé et ci ou là.

 

  • Les adjectifs indéfinis.

    • L'adjectif indéfini accompagne le nom en le présentant dans son aspect le plus général, sans indiquer de manière précise la quantité.

    masculin/singulier

    aucun - certain - maint - tel - quel - nul - tout

    féminin/singulier

    aucune - certaine - mainte - telle -quelle - nulle - toute

    aux 2 genres/singulier 

    autre - chaque - même - quelque - quelconque

    masculin/pluriel certains - maints - tels - quels - tous - divers - différents
    féminin/pluriel certaines - maintes - telles - quelles - toutes -diverses - différentes
    aux 2 genres/pluriel plusieurs - quelques - mêmes

     

    • Certains adjectifs indéfinis peuvent être précédés d'un article : les mêmes enfants - l'autre jour

    • Tout devant un déterminant pluriel s'écrit tous : tous les arbres.

 

  • L'adjectif interrogatif et exclamatif.

    • "Quel" est le seul adjectif interrogatif et exclamatif. Quand il accompagne le nom dans une phrase interrogative, il est adjectif interrogatif et sert à interroger. Quand il accompagne le nom dans une phrase exclamative, il est adjectif exclamatif et renforce l'exclamation.

masculin/singulier

quel Quel livre veux-tu ?

féminin/singulier

quelle Quelle belle journée !
masculin/pluriel quels Je veux savoir quels livres tu lis.
féminin/pluriel quelles Quels livres intéressants !

 

  • Les adjectifs numéraux.

    • Les adjectifs numéraux servent à compter.

    • Quand ils marquent le nombre ou la quantité, les adjectifs numéraux sont dits adjectifs numéraux cardinaux.

      Exemples : un, deux, trois, cent, mille quatre cent quatre-vingt-dix ...

    • Quand ils marquent l'ordre, le rang, les adjectifs numéraux sont dits adjectifs numéraux ordinaux.

    • Pour former les adjectifs numéraux ordinaux, il suffit d'ajouter le suffixe ième à l'adjectif numéral cardinal (excepté premier).

      Exemples : premier, deuxième, troisième, centième, quatre cent quatre-vingt-dixième ...

       

  • Les pronoms.

    • Le pronom remplace un nom ou un groupe nominal. Il a exactement les mêmes fonctions que le groupe nominal.

    • Les pronoms peuvent varier en genre et en nombre.

    • Pour bien comprendre un texte, il est important de comprendre ce que désignent les pronoms : il faut toujours penser à bien identifier le groupe nominal remplacé par un pronom.

    • Lorsque l'on écrit un texte, on peut utiliser différents pronoms pour remplacer un groupe nominal : il faut toujours que le lecteur puisse facilement identifier le groupe nominal remplacé. C'est pour cela qu'il faut éviter de commencer un texte par un pronom ou bien utiliser un pronom avant d'avoir écrit le groupe nominal qu'il remplace.

    • Selon leur nature, les pronoms se répartissent en 6 familles : les pronoms personnels, les pronoms possessifs, les pronoms démonstratifs, les pronoms indéfinis, les pronoms relatifs et les pronoms interrogatifs.

Pronoms personnels

Pronoms possessifs

Pronoms démonstratifs

Pronoms indéfinis Pronoms relatifs et pronoms interrogatifs.

je - me - moi

tu - te - toi

il - elle - se - soi  on - le - la - lui - en - y

nous

vous

ils - elles - les - leur 

le mien - le tien - le sien - le nôtre - le vôtre - le leur

la mienne - la tienne - la sienne - la nôtre - la vôtre - la leur

les miens - les tiens - les siens - les nôtres - les vôtres - les leurs

les miennes - les tiennes - les siennes - les nôtres - les vôtres - les leurs

 

celui - celui-ci - celui- là

celle - celle-ci - celle-là

ceux - ceux-ci - ceux-là

celles - celles-ci - celles-là

ce - ceci - cela

 

aucun - certain - chacun - l'un - l'autre - nul - quelqu'un - tel - tout

on - autrui - personne - plusieurs - quiconque - rien

qui - que - quoi - dont - où - lequel (+ variations)

 

  • Les pronoms personnels.

    • Les pronoms personnels sujets indiquent la personne du verbe (voir Conjugaison).

    • En théorie, le pronom personnel a les mêmes fonctions que le nom, mais à chaque pronom personnel correspond une ou plusieurs fonctions bien précises (voir tableau ci-dessous).

    • Les pronoms personnels ayant pour fonctions complément circonstanciel ou complément du nom,  peuvent être précédés d'une préposition et séparés du verbe.

    • Les pronoms personnels ayant pour fonctions complément d'objet sont placés à côté du verbe.

      Exemple : Jean la lui donne.

    • Les pronoms personnels sont :

NOMBRE PERSONNE SUJET       COMPLEMENT D'OBJET, ATTRIBUT COMPLEMENT CIRCONSTANCIEL, COMPLEMENT DU NOM, APPOSITION
COD COI
SINGULIER je me - moi moi
tu te - toi toi
il - elle - on le - la lui - en - y lui - elle - soi - en - y
  se
PLURIEL nous nous nous
vous vous vous
ils - elles les - leur  - en - y eux - elles - soi - en - y
  se

 

  • Les pronoms possessifs.

    • Les pronoms possessifs sont :

    masculin/singulier

    le mien - le tien - le sien - le nôtre - le vôtre - le leur

    féminin/singulier

    la mienne - la tienne - la sienne - la nôtre - la vôtre - la leur

    masculin/pluriel

    les miens - les tiens - les siens - les nôtres - les vôtres - les leurs

    féminin/pluriel

    les miennes - les tiennes - les siennes - les nôtres - les vôtres - les leurs

 

masculin/singulier

celui - celui-ci - celui- là

féminin/singulier

celle - celle-ci - celle-là

masculin/pluriel

ceux - ceux-ci - ceux-là

féminin/pluriel

celles - celles-ci - celles-là

neutre

ce - ceci - cela

 

Variables

aucun - certain - chacun - l'un - l'autre - nul - quelqu'un - tel - tout

Invariables

on - autrui - personne - plusieurs - quiconque - rien

 

  • Les pronoms relatifs et interrogatifs.

    • Les pronoms relatifs remplacent un nom (ou un groupe nominal) et servent à introduire une proposition subordonnée relative (voir phrases complexes).

    • Le nom remplacé par le pronom relatif est généralement situé juste avant le pronom. Il est appelé antécédent du pronom relatif.

      Exemple : Je parle à Jean qui est mon ami. "qui" remplace "Jean". "Jean" est l'antécédent de "qui". "qui" est sujet de "est".

    • A chaque pronom relatif correspond une fonction précise.

    • Les pronoms relatifs sont :

    SUJET

    COD OU ATTRIBUT

    AUTRES COMPLEMENTS

    qui

    que

    quoi - dont - où - lequel (+ variations) - prép + qui

     

    • Le pronom relatif lequel est le seul pronom relatif variable. Il peut prendre les formes suivantes :

    masculin/singulier

    lequel - duquel - auquel

    féminin/singulier

    laquelle - de laquelle - à laquelle

    masculin/pluriel

    lesquels - desquels - auxquels

    féminin/pluriel

    lesquelles - desquelles - auxquelles

     

    • Les pronoms relatifs qui , que, quoi, lequel deviennent pronoms interrogatifs quand ils servent à interroger.

      Exemples : Qui es-tu ? - Que fais-tu ? - Lequel veux-tu ? Desquelles parles-tu ?

       

  • L'adjectif qualificatif.

    • L'adjectif qualificatif est un mot qui indique les qualités du nom qu'il accompagne.

    •  L'adjectif qualificatif est une expansion du nom. Il complète, détermine le nom. Cependant, contrairement aux autres déterminants du nom, sa présence dans le  groupe nominal est facultative.

    • Exemple : Je vois une robe rouge. Je vois une robe. (mais on peut pas dire :  " Je vois robe.").

    • L'adjectif qualificatif  a la fonction d'épithète quand il est placé à côté du nom.

    • L'adjectif qualificatif  a la fonction d'attribut quand il est séparé du nom par un verbe d'état.

      Exemple : Ce brave garçon intelligent et drôle est sympathique.

      brave et intelligent sont épithètes de "garçon". sympathique est attribut du sujet "garçon".

    • L'adjectif qualificatif s'accorde en genre et en nombre avec le nom qu'il complète.

      Exemples :    Ce brave garçon intelligent  est beau.

                      Ces braves garçons intelligents sont beaux.

                      Cette brave fille intelligente est belle.

                      Ces braves filles intelligentes sont belles.

       

  • Les adverbes.

    • L'adverbe est un mot invariable qui ajoute une détermination à un verbe, un adjectif, un adverbe ou une phrase.

    • Exemples : Il court rapidement. Il est très grand. il roule trop vite. Hier, il est venu.

    • Le plus souvent, l'adverbe complète le verbe et fait partie du groupe verbal. On peut dire que l'adverbe est au verbe ce que l'adjectif est au nom.

    • Les adverbes peuvent se classer selon leur sens (adverbes de temps, de lieu, de manière...).

    • Liste des principaux adverbes :

      Adverbes de temps alors, après, à présent, aujourd'hui, auparavant, aussitôt, autrefois, avant, bientôt, cependant, d'abord, déjà, demain, depuis, derechef, désormais, dorénavant, encore, enfin, ensuite, hier, jadis, jamais, longtemps, lors, maintenant, naguère, parfois, quand, quelquefois, sitôt, soudain, souvent, sur-le-champ, tantôt, tard, tôt, toujours, tout (tout de suite, tout à l'heure, tout à coup).
      Adverbes de lieu ailleurs, alentour, autour (adverbial), çà, ci, deçà, dedans, dehors, delà, derrière (aussi prép.), dessous, dessus, devant, en, hors, ici, là, loin, où, partout, part (nulle), près, y.

      Adverbes d'affirmation,

      de négation, de doute

       assurément, certainement, certes, oui, parfaitement, sans doute, volontiers, vraiment…
      apparemment, peut-être, probablement, sans doute, toutefois, voire, vraisemblablement.
      ne, nenni, non, nullement, pas, pas du tout, point.
      Adverbes de quantité assez, aussi, autant, beaucoup, combien, davantage, encore, environ, force, guère, même, moins, moult, peine (à), peu, plus, presque, tant, tellement, tout, très, trop.
      Adverbes de manière

      adverbes en -ment + certains adjectifs employés comme adverbes : fort, haut, etc.)

      ainsi, aussi, autant, bien, cahin-caha (loc. adv.), comme, comment, ensemble, exprès, gratis, mal, même, mieux, , pis, plutôt, pourquoi, quasi, quasiment, surtout, volontiers.

       

    • Beaucoup d'adverbes (notamment de manière) sont fabriqués à partir d'un adjectif qualificatif auquel on rajoute le suffixe ment (petitement, grandement, joliment...).

       

  • Les prépositions.

    • La préposition est un mot invariable, servant à introduire un complément en marquant le rapport qui unit ce complément au mot complété (rapport de lieu comme dans, rapport de temps comme depuis, rapport de manière comme avec, etc.).

    • La préposition fait partie des "mots outils", des mots de liaison. Le préfixe pré signifie "devant". La préposition est le mot dont la position est devant un complément.

    • Les prépositions les plus employées sont :

      Prépositions simples

      À, après, avant, avec, chez, contre, dans, de, depuis, derrière, dès, devant, en, entre, envers, jusque, malgré, outre, par, parmi, passé, pour, sans, sauf, selon, sous, sur, vers.

      Anciens participes devenus prépositions :attendu, durant, excepté, hormis, moyennant, nonobstant, pendant, suivant, touchant, vu; joignant

      Locutions prépositives

      à cause de, à côté de, afin de, à force de, au-dessus de, au-dessous de, autour de, au delà de, auprès de, avant de, faute de, jusqu'à, quant à, le long de, vis-à-vis de...

       

    • Les prépositions introduisent des compléments au niveau de la phrase simple (ou à l'intérieur des propositions). Il ne faut pas les confondre avec les conjonctions de subordination qui introduisent les compléments au niveau de la phrase complexe.

       

  • Les conjonctions.

    • La conjonction est un mot  qui sert à réunir (=coordonner) deux mots ou groupes de mots.

    • Il y a deux sortes de conjonctions :

      • la conjonction de coordination relie (=coordonne) deux mots ou groupes de mots (GN, GV, propositions...) de même fonction.

        Exemples :

        Pierre ou Jean viendront me voir. (ou relie les 2 sujets Pierre, Jean).

        J'ai vu un loup dangereux et un renard malicieux. (et relie les 2 COD un loup dangereux, un renard malicieux).

        Le chien aboie mais la caravane passe. (mais relie les 2 propositions le chien aboie, la caravane passe.).

      • la conjonction de subordination relie deux propositions dont l'une est complément de l'autre.

        Exemple: Tu réussiras parce que tu as travaillé. (parce que relie la proposition Tu réussiras à la proposition complément circonstanciel de cause tu as travaillé).

      • A la manière de la préposition, la conjonction de subordination marque le rapport qui unit la proposition complément à la proposition complétée (rapport de temps comme quand, rapport de cause ou de but comme parce que, etc.).

    • Les conjonctions sont :

    Conjonctions de coordination

    mais, ou, et, donc, or, ni, car (Mais où est donc Ornicar ?), ou bien

    alors, ainsi, cependant, comme, en effet, néanmoins, c'est pourquoi sont considérés comme des prépositions quand ils marquent une liaison entre 2 termes ou 2 propositions.

    Conjonctions de subordination

    Conjonctions simples

    que, si, comme, quand, lorsque, puisque, quoique

    Locutions conjonctives

    de peur que, à moins que, de sorte que, parce que, alors que, aussitôt que, de même que, afin que...

 

  • Interjections et onomatopées.

    • Les interjections sont des mots invariables que l'on utilise dans une phrase pour traduire une émotion (cri, douleur, surprise, joie...).

      Exemples : Ah ! Oh ! Ouille ! Chut ! Aïe ! Attention ! Silence ! Chouette ! Super !

    • Les onomatopées sont des mots qui imitent un son ou un bruit. On les rencontre surtout dans les bandes dessinées.

    • Exemples :  atchoum, bé, berk, beu, bim, bing, blablabla, bof, boum, broum, brrr, bzz, clic-clac, cocorico, coin-coin, coquerico, cot cot codec, flic flac, glouglou, guili-guili, han, hi-han, miam-miam, miaou, ouah, paf, pan, pif, plaf, ploc, plouf, pouêt, pouf, prout, taratata, tic-tac,  toc-toc, vlan, vroum...

 

  • Le sujet.

     

  • La fonction complément.

    • Le complément est un mot ou un groupe de mots qui complète un autre mot ou groupe de mots pour en préciser le sens. Le complément donne des informations sur le mot ou groupe de mots qu'il complète.

      Exemple : Le chien du fermier garde les moutons.

      du fermier complète "chien" (on apprend de quel chien il s'agit) ; les moutons complète "garde" (garder les moutons n'est pas la même action que de garder la maison ou de garder un secret!)

    • Seuls, le verbe, le nom, quelques pronoms, l'adjectif qualificatif et l'adverbe peuvent avoir des compléments (les compléments de ces 3 dernières classes de mots ne sont généralement pas étudiés à l'école.).

    • Les déterminants, les prépositions et les conjonctions n'ont pas de complément.

    • Les principaux types de compléments sont :

COMPLEMENTSABREVIATIONSEXEMPLESQUESTIONSREPONSES
Complément d'objet directCODJean aime ses parents.   Il aime qui ? quoi ?ses parents, COD
Complément d'objet indirectCOILa paresse nuit au travail.Elle nuit à quoi ? à qui ? de qui? de quoi ?au travail, COI
Complément circonstanciel  de LieuCCLJ'habite à Mérignac.

J'habite

où ?

à Mérignac, CCL
Complément circonstanciel  de TempsCCTIl viendra la semaine prochaine.Il viendra quand ?la semaine prochaine, CCT
Complément circonstanciel  de ManièreCCMJean travaille avec courage.Jean travaille comment ?avec courage, CCM
Complément circonstanciel  de CauseCCCIl est cassé parce qu'il est tombé.Il est cassé pourquoi ?parce qu'il est tombé, CCC
Complément circonstanciel  de ButCCBJe travaille pour réussir.Je travaille pourquoi ?pour réussir, CCB
Complément circonstanciel  de QuantitéCCTCe livre coûte dix euros.Ce livre coûte combien ?dix euros, CCQ

Attribut du sujet

Att. du SJean est sympathiquequi ? quoi après un verbe d'étatsympathique, Att. du S
Complément d'AgentC. d'agentLa souris est mangée par le chat.par qui ? par quoi ? après un verbe passifpar le chat, C. d'agent

complément du nom

C. du N.Le livre de Jean de qui ? de quoi ?  après le nom.de Jean, C. du N.

 

  • Groupes essentiels et groupes facultatifs.

    • Certains groupes sont essentiels dans la phrase pour que celle-ci soit correcte et ait un sens (on dit aussi nécessaire, indispensable, obligatoire).

    • Le groupe sujet (GS) et le groupe verbal (GV) font partie de ces groupes essentiels.

    • Certains compléments font partie des groupes essentiels : on ne peut ni les supprimer, ni les déplacer.

      Exemple : "Jean fait."  ne veut rien dire : il manque un complément essentiel.

      "Jean fait le gâteau.", "Jean fait le clown."...  sont des phrases correctes.

      "un gâteau", "le clown" sont des compléments essentiels à la phrase pour qu'elle ait un sens.

      "Un gâteau Jean fait" ne veut rien dire : un complément essentiel ne peut pas être déplacé.

    • Ces compléments essentiels sont des compléments de verbe et se situent derrière le verbe. Ils peuvent être remplacés par les pronoms le, la, les, en, y. (voir groupe verbal).

      Exemple : Jean fait le gâteau. = Jean le fait.

    • D'autres groupes ne sont pas indispensables pour que la phrase ait un sens. On parle alors de groupes facultatifs.

    • Certains groupes facultatifs peuvent être supprimés ou déplacés sans que la phrase perde son sens. D'autres peuvent seulement être supprimés.

      Exemples : Jean fait un gâteau dans la cuisine. = Dans la cuisine, Jean fait un gâteau. Jean fait un gâteau.

      Le groupe "dans la cuisine" peut être déplacé et supprimé. C'est un groupe facultatif.

      Le cuisinier du restaurant fait un gâteau. Le cuisinier fait un gâteau.

      du restaurant peut être supprimé mais pas déplacé . C'est un groupe facultatif.

    • Un groupe facultatif comme dans la cuisine donne des renseignements sur la phrase. C'est un complément de phrase. Il peut être supprimé ou déplacé. (Les compléments de phrase sont généralement des compléments circonstanciels.)

    • Un groupe facultatif comme du restaurant peut être supprimé mais non pas déplacé (car il fait partie d'un GN). C'est un complément du nom.

       

  • Les compléments d'objet.

    • Le complément d'objet est le principal complément du verbe. C'est un groupe obligatoire qui précise le sens du verbe.

    • Le complément d'objet désigne la personne, l'animal, la chose ou l'idée, c'est à dire l'objet sur lequel passe ou s'exerce l'action indiquée par le verbe.

      Exemples : Il tire la charrue. - Il tire une carte. - Il tire un coup de fusil. -  Il tire le lait.

      Les compléments d'objet la charrue, une carte, un coup de fusil et le lait précisent les différents sens du verbe tirer : tirer une charrue n'est pas la même action que tirer une carte ou tirer du lait.

      charrue, carte, coup de fusil et lait sont les objets sur lesquels s'exercent l'action de tirer.

    • Le complément d'objet est direct quant il est relié au verbe sans l'intermédiaire d'une préposition. (Il tire la charrue)

    • Le complément d'objet est indirect quant il est relié au verbe par l'intermédiaire d'une préposition (le plus souvent à, de) (Il pense à sa mère.).

    • Il existe donc deux sortes de compléments d'objet :

      • Le complément d'objet direct (COD) est placé directement (sans préposition) à côté du verbe. Il répond à la question qui ?  ou quoi ? posée après le verbe.

        Exemples :

        Jean aime ses parents. Il aime qui ? réponse = ses parents. ses parents est COD de "aime".

        Jean veut manger. Il veut quoi ? réponse = manger. manger est COD de "veut".

        Jean le prend. Il prend quoi ? réponse = le. le est COD de "prend".

      • Le complément d'objet indirect (COI) est placé indirectement (relié par une préposition) à côté du verbe. Il répond à la question  à qui ? à quoi ? ou  de qui ? de quoi ? posée après le verbe.

        Exemples :

        Jean pense à ses parents. Il pense à qui ? réponse = à ses parents. à ses parents est COI de "pense".

        La paresse nuit au travail. Elle nuit à quoi ? réponse = au travail. au travail est COI de "nuit".

        Jean leur obéit. Il obéit à qui ? réponse = à leur. leur est COI de "obéit".

    • Quand il y a un COD et un COI dans une même phrase, le COI est appelé complément d'objet second (COS).

      Exemple : Je donne un livre à Jean. un livre est COD et à Jean est complément d'objet second (COS).

    • Le complément d'objet peut être :

      • Un groupe nominal (COD) ou un groupe nominal prépositionnel (COI) [Je donne un livre / à Jean];

      • Un groupe verbal dont le verbe est à l'infinitif [J'aime jouer au ballon. Il pense à s'amuser. (NB. au ballon est COI de "jouer" et jouer au ballon est COD de "aime")];

      • Un pronom [Il le voit, il pense à lui];

      • Une proposition subordonnée conjonctive [Je sais que tu as raison].

       

     

  • Les compléments circonstanciels (CC).

    • Les compléments circonstanciels indiquent les circonstances, les conditions, dans lesquelles se déroulent l'action exprimée par le verbe et son sujet.

    • Les compléments circonstanciels donnent donc des renseignements sur le lieu, le temps, la manière, la cause, le but, la quantité...

      Exemple : Demain matin (temps), dans ma chambre (lieu), je travaillerai la grammaire avec courage (manière).

    • Les compléments circonstanciels répondent aux questions ou ? quand ? comment ? pourquoi ? combien ? ... posées après le verbe

    • Les compléments circonstanciels sont le plus souvent des groupes facultatifs : on peut les déplacer ou les supprimer de la phrase. On appelle également les compléments circonstanciels des compléments de phrase.

    • Cependant, dans le cas des verbes de mouvement (comme aller, venir, partir...), les compléments circonstanciels ne peuvent être supprimés. Ils sont alors des groupes essentiels et font partie du groupe verbal.

      Exemples : Je vais à Paris. Il viendra la semaine prochaine.

    • Les principaux compléments circonstanciels sont :

       

    COMPLEMENT CIRCONSTANCIEL DE...ABREVIATIONSEXEMPLESQUESTIONSREPONSES
    LieuCCLJ'habite à Mérignac.

    J'habite

    où ?

    à Mérignac, CCL
    TempsCCTIl viendra la semaine prochaine.Il viendra quand ?la semaine prochaine, CCT
    ManièreCCMJean travaille avec courage.Jean travaille comment ?avec courage, CCM
    CauseCCCIl est cassé parce qu'il est tombéIl est cassé pourquoi ?parce qu'il est tombé, CCC
    ButCCBJe travaille pour réussir.Je travaille pourquoi ?pour réussir, CCB
    QuantitéCCTCe livre coûte dix euros.Ce livre coûte combien ?dix euros, CCQ
    • Le complément circonstanciel peut être :

      • le plus souvent, un groupe nominal [Je viendrai le mois prochain.] ou un groupe nominal prépositionnel [Je viendrai dans un mois.] ;

      • une proposition subordonnée conjonctive [Je viendrai si tu m'appelles.] ;

      • un pronom [J'y vais. J'en viens. J'écrirai avec le mien.] ;

      • un groupe verbal prépositionnel [Je joue pour m'amuser.].

    • A l'école élémentaire, savoir reconnaître les compléments circonstanciels de lieu, de temps et de manière est suffisant. Mais, en théorie, les compléments circonstanciel s sont en nombre illimité : certains grammairiens parlent de complément de prix, d'origine, de mesure, de poids, d'instrument...

     

  • L'attribut du sujet.

    • L'attribut du sujet est le mot ou groupe de mots qui indique la qualité attribuée au sujet (attribut du sujet).

      ExempleJean est sympathique. (sympathique est attribut du sujet "Jean").

    • L'attribut du sujet est relié au sujet par :

      • le verbe être [Jean est mon ami. Tu es gentil.]

      • un verbe d'état. Les verbes d'état sont des verbes dont le sens se rapproche de celui du verbe être.

        Les verbes d'état sont : paraître, sembler, devenir, demeurer, rester et des expressions comme avoir l'air, passer pour...

    • L'attribut du sujet est un complément essentiel. Il ne faut pas le confondre avec le complément d'objet direct bien qu'il réponde à la question quoi ? posée après le verbe. Le sens du complément permet de savoir s'il se rapporte au verbe ou au sujet.

    • Les verbes d'état n'ont pas de complément d'objet mais un attribut du sujet.

    • Les cas où l'attribut est relié au sujet par être ou un verbe d'état sont les plus fréquents. Ce sont eux qui sont étudiés à l'école.

      L'attribut du sujet peut être relié au sujet également par :

      • certains verbes d'action qui se conjuguent avec l'auxiliaire être comme arriver, partir, naître, mourir, venir, aller, ... ou des verbes comme vivre [Il est parti triste. Ils vécurent  heureux.] ;

      • par des verbes à la forme passive [Il est nommé président.] ;

      • par des verbes pronominaux de sens passif [Il s'appelle Jean].

    • L'attribut du sujet peut être :

      • un adjectif qualificatif [Il est grand.] ;

      • un nom ou un groupe nominal [Il est mon meilleur ami.] ;

      • un pronom [Ce livre est le mien.] ;

      • un groupe verbal à l'infinitif ou au participe [Souffler n'est pas jouer. Il arriva épuisé de fatigue] ;

      • une proposition [Mon avis est que tu as raison.] ;

      • un adverbe [Jean est bien.].

    • Il existe également une fonction attribut de l'objet où l'attribut indique la qualité attribuée au complément d'objet direct.

      Exemples

      Je le crois sympathique. (sympathique est attribut de l'objet "le").

      Je trouve ce livre très intéressant. (très intéressant est attribut de l'objet "ce livre")

      Seul l'attribut du sujet est étudié à l'école.

       

  • Le complément d'agent.

    • Le complément d'agent ne se trouve que dans les phrases où le verbe est à la forme passive. Il désigne la personne, l'animal, la chose ou l'idée (= l'agent) qui fait l'action reçue par le sujet.

    • Le complément d'agent répond à la question par qui ? ou par quoi ? posée après le verbe passif.

      ExempleLa souris est mangée par le chat.

      La souris est mangée par qui ? réponse = par le chat. par le chat est complément d'agent.

      C'est le chat qui est "l'agent" : c'est lui qui fait l'action de manger la souris.

    • Voir la page Conjugaison, l'article forme passive.

       

  • Le complément du nom.

    • Le complément du nom est un groupe de mots qui précise le sens d'un nom.

    • Le complément du nom répond à la question de qui ? de quoi ? ou à qui ? à quoi ? posée après le nom. (sauf si le complément du nom est une proposition subordonnée relative)

    • ExempleIl regarde le toit de la maison.

      Le toit de quoi ? réponse = de la maison. de la maison est complément du nom "toit".

    • Le complément du nom est :

      • un groupe nominal prépositionnel [le livre de Jean] ;

      • une proposition subordonnée relative [le livre que j'ai lu].

      • un groupe verbal prépositionnel à l'infinitif [le plaisir de réussir].

    • Le complément du nom peut être supprimé mais pas déplacé. En effet, il est compris dans le groupe nominal et ne peut par conséquent en sortir !

       

  • La fonction épithète.

    • Une épithète est un adjectif qualificatif (ou un participe employé conne adjectif) qui qualifie immédiatement un nom sans l'intermédiaire d'un verbe.

    • Plus simplement, cela signifie que l'adjectif est placé à côté du nom qu'il qualifie (contrairement à l'attribut qui est séparé du nom par un verbe d'état).

    • L'adjectif qualificatif est soit épithète, soit attribut.

      Exemples

      Le petit garçon. L'adjectif petit est placé à côté du nom "garçon". petit est épithète de "garçon".

      Le garçon est petit. L'adjectif petit est séparé  du nom "garçon". petit est attribut  du sujet "garçon".

       

  • D'autres fonctions.

    • Il existe d'autres fonctions qui ne sont pas étudiées à l'école élémentaire mais qui peuvent poser problème quand on les rencontre dans les textes.

    • Le complément de l'adjectif.

      • Le complément de l'adjectif est un nom, pronom, une proposition ou un infinitif qui complète le sens d'un adjectif.

        Exemplesinsensible à la douleur - heureux de vivre - Il est content que vous soyez venus.

    • Le complément du pronom.

      • Le complément du pronom  est un nom, une proposition ou un infinitif qui complète le sens d'un pronom. Tous les pronoms ne peuvent pas avoir de complément mais celui et ce en ont souvent un.

        ExemplesC'est celui de Jean. Voilà ce que je sais. L'un de ces livres.

    • Le complément de l'adverbe.

      • Certains adverbes, surtout les adverbes de quantité, peuvent recevoir un complément.

      • ExemplesBeaucoup d'enfants. Contrairement à tes idées.

    • La fonction apposition.

      • L'apposition est un mot ou un groupe de mots placé à côté d'un nom et qui désigne d'une autre manière la même chose que ce nom.

        ExemplesParis, capitale de la France, est une grande ville. Louis XIV,  le Roi-Soleil, vécut à Versailles.

    • La fonction mis en apostrophe.

      • Un mot ou un groupe de mots mis en apostrophe désigne, pa personne à qui l'on s'adresse.

        ExemplesJean, viens mettre le couvert !

         

  • Sources bibliographiques.

    • M. ARRIVE, F. GADET et M. GALMICHE, La grammaire d'aujourd'hui : guide alphabétique de linguistique française, Paris : Flammarion, 1986.

    • BESCHERELLE, L'art de conjuguer, Paris : Hatier.

    • M. GREVISSE, Le bon usage, Gembloux (Belgique) : éd. J. Duculot.

    • B. LOUICHON, P. SEMIDOR, J. LAURIAC, Littéo : CM2, Paris : Magnard, 2004.

    • A. MARTINET, Grammaire fonctionnelle du français, Paris : Didier-Crédif, 1979.

    • J.M. PRIGENT, Traité d'analyse, Paris : Editions de l'Ecole.

    • A. REY, Le grand Robert de la langue française, Paris : Le Robert/SEJER, 2005.

 

 

École Arnaud Lafon - 135, avenue de la Somme - 33700 MÉRIGNAC