Retour à l'accueil Retour à l'accueil
La flore

 1: Les Fleurs

La camomille commune

On la trouve de mai à août.
Elle a un coeur jaune et des languettes blanche comme la pâquerette, mais elle est plus grande. Ses feuilles sont en lanières et ses pétales se rabattent vers le bas en se fanant. Elle pousse partout.


La carotte sauvage


On la trouve de juin à septembre.
Elle mesure de 30 cm à 1 m.
Regarde bien, une unique fleur pourpre se distingue des petites fleurs blanches ou jaunâtres au centre de l'ombelle. Elle vit dans les prés calcaires.


La pâquerette

On la trouve de février à novembre dans les prés, sur les pelouses, les chemins, les bois...
Petite mais robuste, elle porte une seule fleur
au sommet d'une tige courte,
pourvue de feuilles en rosette à la base.
Elle se ferme la nuit..


Le coquelicot


TOXIQUE.
On la trouve de mai à juillet.
La tige velue porte un bouton penché qui se redresse lorsque la fleur s'épanouit. Il fleurit en grandes plaques dans les champs et sur les talus. Il possède 2,5 millions de graines de pollen.


Le bouton-d'or

TOXIQUE (mai à septembre). Il doit son nom à sa forme ronde et à sa couleur d'un jaune éclatant.


La grande marguerite


On la trouve de mai à aoùt.
Encore une cousin de la pâquerette, mais beaucoup plus grand, avec des pétales plus blanche. Elle se dresse sur sa longue tige aux feuilles dentées, dans les prairies et au bord des routes.


Le pissenlit


Sa racine coriace lui permet de s'implanter dans tous les terrains. Il est très commun plus rare en région méditerranéenne jusqu'à 2000 m. A l'état jeune, les feuilles donnent une salade amère savoureuse. On peut faire de la confiture avec.


Silène enflé

Commun dans toute la France jusqu'à 2000 m. Les racines plongent jusqu'à 1m de profondeur. On peut faire éclater la partie enflée du calice sur notre main, comme un pétard. Il est répandu dans toutes les prairies.


Trèfle rouge


On le reconnaît à ses feuilles qui portent une marque blanche en forme de v. Ses fleurs parfumées attirent les abeilles.


Le trèfle rampant

On la trouve de mai à septembre au bord des chemins. Avec sa tige rampante aux feuilles à 3 folioles, il envahit les gazons.


La grande ortie


Elle produit des fleurs. Les orties sont riches en substances minérales et en vitamines. Gare aux poils de ses feuilles ! Au moindre frôlement ils provoquent brûlures et démangeaisons. Elle pousse partout.


L'iris


Ses feuilles renferment des toxiques au goût piquant. Le nectar est enfoui dans un tube floral.


La fumeterre officinale

Cette mauvaise herbe des jardins pousse souvent en masse, et son feuillage gris vert est vaporeux comme une fumée, d'où son nom.


Gesse printanière


avril-juin. On la trouve surtout sur les sols calcaires.

 

Origan, Marjolaine sauvage

juin-septembre. Les fleurs sécrètent un nectar très sucré. Visité par les insectes vers midi. Apprécié comme plante aromatique et condimentaire (pour pizzas).


Vipérine


mai-juillet. Plante bisannuelle s’enracinant jusqu’à 250 cm de profondeur. Les fleurs ressemblent aux mâchoires d’une vipère, d’où son nom.


Lotier corniculé, « Pied de poule »

juin-août. S’enracine jusqu’à un mètre de profondeur. La carène en forme de corne (d’où son nom) libère du pollen ou le style sous le poids des insectes s’y posant.

Comment ne pas confondre : la pâquerette, la marguerite et la camomille commune ?

- La pâquerette est petite et pousse un peu partout. Elle pousse au printemps.
- La marguerite est grande et pousse en groupe c’est à dire avec plein d’autres marguerites. Elle pousse au printemps.
- La camomille commune a le cœur qui ressort comme la marguerite ; elle pousse en groupe. Elle pousse au printemps.

 

2 : Les feuilles et les arbres


La queue de renard

On la trouve au bord de l’eau, dans les jardin, dans les forêts, dans les champs etc. … (ne pas confondre avec la queue de l’animal).


Le roseau à quenouille


Il se trouve plutôt au bord de l’eau. Il mesure 4 m, il n’est pas toxique. Ses feuilles mesurent de 50 à 60 cm.


Le laurier noble

Ses feuilles en forme de pointe de lance sont alternes et persistantes. Luisant sur la face supérieure, le limbe à bord ondulé est un peu plus clair en dessous. A noter la couleur rouge du pétiole. Il est riche en senteurs.


Le chêne pubescent

Les jeunes feuilles sont complètement recouvertes de poils d’où le nom de pubescent. Par la suite, seul un velours blanchâtre persiste sur la face intérieure du limbe.


Le robinet faux acacia


Il est composée d’un grand nombre de folioles semblables (11 à 25). Une seules anomalie : la foliole de l’extrémité est portée par un pétiole plus long que les autres.


Le Laurier-sauce

Il est comestible. Il a un feuillage très dense. Les feuilles mesurent de 5 à 12 cm et sont très aromatiques et vert foncé brillant. Elles sont largement utilisées en cuisine.


Le sureau


Il est comestible, il fait 8 m, bourgeons bruns, ovoïdes aigus. Arbuste ou buisson aux rameaux cassants à moelle spongieuse blanche.


Le platane


Ses feuilles sont alternées (info utile pour ne pas les confondre avec celles de l’érable plane qui sont opposées). La base élargie du pétiole protège le bourgeon.


L’orme champêtre

Mesurant 30 m on le trouve jusqu'à 1300 m d’altitude. Une à gauche une à droite, les feuilles de l’orme sont placées régulièrement sur les ramilles. Par contre, la base du limbe est dissymétrique et les nervures sont souvent fourchues.


Le bouleau pubescent

Mesurant environ 15m il possède des branches étalées et des rameaux dressés. (Les feuilles mesurent de 3 à 5 cm).


Le peuplier noir

Il mesure 25 m et ses feuilles de 5 à 10 cm. Tronc plus et moins bosselé, branches étalées, houppier ample, rameaux gris arrangé, glabres.

3 : Vocabulaire

Foliole : partie du limbe d’une feuille composée.
Calice : partie externe du périanthe, plus souvent verte, formée de sépales.
Limbe : partie plate et élargie d’une feuille ou d’un pétale.
Pétiole : queue d’une feuille d’arbre.

 

4 : Pour en savoir plus clique sur le lien :

Excellent site sur la flore sauvage de l'Entre-deux-mers

 


La faune

1 : Les animaux terrestres

Le lièvre

Poids : 3 kg
Taille : 60 cm debout
Habitat : terrier
Nourriture : herbes, feuilles, fleurs

Quelle différence y a-t-il entre un lapin et un lièvre ?
Le lièvre est plus grand, il a des oreilles bien plus longues et il se déplace en bondissant. Le lapin, lui, préfère détaler en courant.


 

Le sanglier

Poids : 150 kg
Taille : 80 cm de haut
Habitat : forêt
Nourriture : glands, racines, vers, herbes

Difficile de ne pas remarquer le passage d’un sanglier dans la forêt Il fait d’énormes dégâts en piétinant les cultures et en labourant la terre à l’aide de ses pattes et de son groin.


 

Le chevreuil

Poids : 25 kg
Taille : 1 m de haut
Habitat : forêt
Nourriture : des feuillages

Petit, le chevreuil a une robe rousse tachée de blanc. Il ressemble trait pour trait au Bambi des dessins animés.
Mais ces marques disparaissent a l ‘ Automne et son pelage devient gris brun pour se confondre avec les troncs d’arbres.


 

Le renard

Poids : 15 kg
Taille : 60 cm de haut
Habitat : terrier
Nourriture : du gibier

Le renard est un mammifère très malin et il chasse sa proie en se cachant.


 

Le hérisson

Poids : 600 g à 1 kg
Taille : 15 cm
Habitat : nid en paille
Nourriture : herbe, insectes

Quand il est inquiet, le hérisson donne l’impression de se déplacer en glissant sur le sol. Ses pattes sont cachées par ses piquants. Lorsqu’il est pressé, le hérisson se dresse sur ses pattes et trottine.


 

Le ragondin

Poids : 6 à 7 kg
Taille : 60 cm de long
Habitat : terriers dans les berges
Nourriture : roseaux, maïs, blé, écorces

Quand ils sont trop nombreux, les ragondins sont responsables de beaucoup de dégâts au niveau des berges et des cultures agricoles. Depuis les années 1970, ils sont sur la liste des espèces nuisibles (qui créent des problèmes).


 

Le blaireau

Poids :12 kg
Taille : 80 cm de haut
Habitat : forêt
Nourriture : de tout

Le plat préféré du blaireau est sans aucun doute le ver de terre. En une nuit – car le blaireau est un animal qui vit surtout la nuit – il est capable de dévorer entre 100 et 200 vers.


   

Le crapaud

Taille : 8 à 18 cm de long
Habitat : à peu près partout dans les mileux humides
Nourriture : principalement d'insectes divers et de petit animaux (limaces, vers de terre, chenilles, cloportes, mille-pattes, petits coléoptères etc...) qu'il attrape avec sa langue collante

En Europe, le crapaud commun (Bufo bufo) est le plus répandu.
Le crapaud est un amphibien qui fait partie de l’ordre des anoures qui réunit également les grenouilles et les rainettes.
Au Moyen Âge, le crapaud était considéré comme un animal diabolique. Il servait notamment d’ingrédient dans des breuvages utilisés en sorcellerie. A tel point que la présence d’un crapaud près d’une habitation était une preuve suffisante pour accuser de sorcellerie l’habitant des lieux.
Le mot « rapaud» vient d’ailleurs du vieux français, qui signifie «ordure».
Le mot «amphibien» a été imaginé à partir des mots grecs «amphi» et «bios» qui signifient «double» et «vie» (les amphibiens peuvent vivre à la fois sur terre et dans l’eau).

 

 

2 : Les oiseaux

La palombe ou paloma


1) Qui est-elle ? Nom français : pigeon ramier Famille des colombidés Poids : 350 à 550 g Envergure : 70 à 80 cm Couleur des yeux : jaune Couleur du plumage : bleue Couleur des pattes : rouge Signes particuliers : barres blanches sur les ailes, collier blanc pour les plus vieilles car les jeunes n’en ont pas.

2) Que mange-t-elle ? Végétarienne, granivore la palombe a bon appétit et un solide estomac qui lui permet d’avaler des aliments de belle taille comme par exemple des glands de chêne de plus de 5 cm de longueur.

3) Où habite-t-elle ? Elle habite un peu partout en Europe. Certains de ces oiseaux peuvent faire de très longs voyages de plusieurs milliers de kilomètres pour échapper au froid et trouver la nourriture. Les palombes volent jusqu’à 60 km/h et plus s’il y a du vent. Elles arrivent dans notre région dans les premiers jours d’octobre. Le passage le plus important est vers le 18 octobre jour de la St Luc et se termine vers le 11 novembre.

4) Comment se reproduit-elle ? La palombe ne pond que 2 œufs par nichée. Elle les couve 15 jours environ.


 

L'épervier


Redoutable chasseur d'oiseau, l'épervier d'Europe est un rapace diurne des régions boisées. Ailes courtes, larges, arrondies et longue queue. Longues pattes jaunes.

Le mâle : dessus gris-bleu sombre. Joues et flancs roux-orangé. Parfois sourcil blanc. Tache blanchâtre sur la nuque.

La femelle : plus grande que le mâle. Dessus gris-brun. Dessous strié blanchâtre. Sourcil plus marqué. Confusion possible avec : autour des palombes.


 

La mésange  bleue


Famille : paridé
Poids : 15 à 19 g
Taille : 11 à 12 cm de long
Habitat : jardin, villes et villages et zones périurbaines,  lisière de forêt.

Plus petite, plus bleue et plus agile que la mésange charbonnière, elle n’a pas de  cravate noire) et se rencontre fréquemment dans les roselières.


 

La buse variable


C'est un rapace utile qui se nourrit de campagnols, de musaraignes, de taupes et de hamsters ; elle s'attaque aussi aux grenouilles, aux serpents et aux insectes.
Son cri ressemble quelque peu au miaulement du chat, et parfois au cri de la mouette.


 

Le chardonneret


Il tire son nom du chardon qu'il aime bien picorer. Il aime aussi les graines des bouleaux, des aunes et des molènes communes.
Il va, vient, sautille, volète, chante ou chantonne, toujours d'excellente humeur.


 

Le corbeau


Le grand corbeau est attiré par les charognes, et les insectes qui vivent sur ces charognes. Il est friand du placenta des brebis et des grands mammifères en général. Il se nourrit sur le sol et stocke toute sorte de nourriture.
Le grand corbeau est bruyant. Selon les différentes intentions et le contexte, il émet des séries de cris variés, et divers sons annexes. Il peut produire de 15 à 30 sortes de vocalises.


 

La pie bavarde


Elle a besoin d'une nourriture variée : insectes, mollusques, vers, oeufs des petits oiseaux. Elle construit son nid à la cime des arbres.
On dit qu'elle est voleuse car elle aime emporter les petits objets brillants et les cacher soigneusement.


 

La grive musicienne


Elle se nourrit d'inscestes, de vers et de limaces. En automne elle passe à une nourriture végétale : baies sauvages et cultivées.


 

La huppe fasciée


Elle est très utile parce qu'elle se nourrit de beaucoup d'insectes. Elle niche dans le creux des arbres. A la fin de l'été, elle migre vers l'Afrique.


 

Le héron cendré


Dans l'eau peu profonde, il cherche sa nourriture. C'est un carnivore qui mange surtout des poissons qu'il capture en avançant son bec à la vitesse de l'éclair.


 

Le milan noir


Il a un peu le même rôle que les vautours charognards car il ne consomme en grande majorité que des proies mortes. 75 à 90 % des proies capturées proviennent du milieu aquatique. Il s'agit de poissons malades ou crevés flottant à la surface. Il se nourrit également à terre, particulièrement dans les champs fraîchement labourés. Il y recherche les animaux de toutes espèces que la charrue a mis à découvert.
Pour le reconnaître en vol, il suffit de distinguer sa queue en forme de M.


 

Le geai des chênes


Il vit d'insectes, de vers de mollusques, de souris et de grenouilles. Mais il détruit les nids en brisant les oeufs et en tuant les oisillons. C'est l'ennemi des passereaux, des perdrix et des faisans.
Son cri naturel est si perçant qu'il peut alerter toute la forêt.


 

La tourterelle des bois


Famille : columbidés
Poids : 100 à 200 g
Taille : 27 cm
Habitat : forêt de feuillus et mixtes, bocages, zone rurales, parcs et jardin.

 

4 : Pour tout savoir sur tous les oiseaux clique sur le lien suivant :

Portail des oiseaux de France

 
 

Copyright © 2007 - Tous droits réservés
Ecole primaire de Paillet - Place Gambette - 33550 Paillet
Responsable de la publication : Thierry Bihr